Ready Player One : New York à 88 miles à l’heure

En mars 2018 est sorti le film de Steven Spielberg Ready Player One avec Tye Sheridan et Olivia Cooke, adapté du roman d’Ernest, Cline Player One. Le long-métrage rend hommage, à travers une course folle, à la ville référence en terme de pop culture : New York.

En 2045, de multiples guerres et crises ont causés au monde de graves lésions, mais ont surtout conduit les humains à trouver une nouvelle échappatoire. Deux concepteurs de jeux vidéos, James Halliday et Ogden Morrow, ont inventés un jeu de réalité virtuelle, appelé O.A.S.I.S. Celui-ci permet à tout à chacun de devenir qui il veut être et de faire absolument tout ce qu’il veut dans ce monde. Ogden Morrow est renvoyé par James Halliday. Puis, celui-ci décède en 2040. Avant de mourir, Halliday a caché trois clés dans le jeu donnant accès à un Easter Egg (un « œuf de pâques ») donnant à son propriétaire l’ensemble des actions que possédait James Halliday et donc la propriété totale de l’O.A.S.I.S. Parzival fait partie des « chasse-oeufs », des personnes cherchant à tout prix le moindre indice pour atteindre l’objectif de cette quête.

À chaque minute de cette super-production, figure au moins une référence à l’univers du jeu vidéo, à la littérature, aux comics ou aux films qui ont marqués ces dernières décennies. Une pincée de Space Invader, un zeste de Batman et un émincé de Tortues Ninja, tous les ingrédients sont réunis pour un long-métrage plus que réussi. Mais parler de pop culture sans parler de New York, c’est mission impossible.

Lors des premières minutes du film, Parzival s’apprête à disputer la course la plus difficile de l’O.A.S.I.S afin d’accéder à la première clé cachée par James Halliday conduisant au fameux Easter Egg. Parzival ne va pas fondre l’asphalte avec n’importe quelle véhicule, mais avec la DeLorean mythique du film Retour vers le futur. Le terrain de jeu ? Big Apple.

La course démarre sur le Manhattan Bridge. La Statue de la Liberté donne le coup d’envoi en tirant un feu d’artifice depuis la torche qu’elle brandit fièrement. De nombreux concurrents sont directement éliminés après quelques mètres seulement sur ce pont où le métro côtoie les voitures. Parzival y remarque Art3mis, une joueuse dont il est fan, parmi les participants.

Les concurrents passent ensuite devant le Ratner’s. Aujourd’hui fermé, ce restaurant kascher, situé initialement au 138 Delancey Street, apparaît dans French Connection, la série Naked City ou encore Les Initiés. Son enseigne néon faisait partie du paysage new-yorkais. C’est devant ce restaurant qu’un camion se met en travers des coureurs, et sous lequel Parzival passe de justesse grâce aux pneus rétractables de la DeLorean.

Passant ensuite sur la cinquième avenue, puis dans Chinatown, Parzival aperçoit King Kong en haut de l’Empire State Building, probablement la scène la plus culte de l’histoire du cinéma. Le gorille géant se met alors à la poursuite des pilotes, détruisant en partie le pont de Queensboro, et passant devant les studios Silvercup. Ces mythiques studios ont été utilisés par les productions de Sex and the CityGossip GirlQuantico, mais aussi Gangs of New YorkHighlander ou encore Le Diable s’habille en Prada.

La ligne d’arrivée semble si proche, et pourtant nos héros ne vont pas la franchir, King Kong barre le passage. Après 4 minutes et 53 secondes d’une course hallucinante, Parzival va s’entêter à trouver un nouvel indice sur le moyen de gagner cette course. C’est en se plongeant dans un des souvenirs de James Halliday que notre héros entend le créateur de l’O.A.S.I.S dire « Marche arrière, à toute vitesse. À la vitesse de l'éclair. Le pied appuyé sur le champignon. ». Parzival comprend alors comment gagner la course et parvient à franchir la ligne d’arrivée, située au niveau de la fontaine Bethesda, en plein coeur de Central Park.

Le tracé de la course de Ready Player One

Le tracé de la course n’est pas le plus réaliste dans la géographie new-yorkaise, cette séquence a même donnée du fil à retordre aux équipes des décorateurs et à celle des effets spéciaux, mais les graphismes ahurissant alliés aux références multiples et à une ville aussi rythmée, ne pouvait donner qu’un moment de cinéma extraordinaire. Prêt joueur un ?

Suivez-nous !

Partagez cette page sur