Dans les pas de Rocky à Philadelphie

Les scènes mythiques du premier film de la série font de Philadelphie la maison de Rocky.

Boxeur raté en quête d’existence, le personnage de Rocky Balboa ne cesse d’inspirer les générations. Parfaite incarnation du rêve américain, la saga de Sylvester Stallone a marqué l’histoire du cinéma. Plus de quarante ans après le premier film, le nom de Rocky reste assurément attaché à Philadelphie.

Le Resurrection Gym

C’est une chanson bien connue du grand public qui ouvre le film. « Gonna fly now », thème musical officiel composé par Bill Conti, sublime les lettres blanches de Rocky défilant de droite à gauche sur l’écran noir. La musique s’affaiblit peu à peu, laissant apparaitre dans un fondu au noir le visage de Jésus-Christ peint sur le mur. La caméra s’en éloigne et laisse apparaitre un ring dans lequel s’affrontent Rocky Balboa et Spider Rico. Si le scénario indique que le combat se déroule le 25 novembre 1975 au Resurrection Gym de Philadelphie, la scène a, en réalité, été tournée au 1114 S. Lorena Street à l’Est de Los Angeles. Ce gymnase dans lequel s’entrainait Oscar De La Hoya a été transformé au milieu des années 1990 en centre de jeunesse au nom du boxeur. Son objectif est de garder les jeunes de la ville éloigné des gangs. 

Cette première scène historique donne le ton d’un film d’anthologie qui aurait pu ne jamais voir le jour. En 1975, Stallone est un jeune acteur raté sans un sou. Le natif de New York va même jusqu’à vendre son chien Butkus pour 40$ afin de pouvoir se nourrir. Alors que le sort s’acharne contre lui, son salut vient du combat entre Mohamed Ali et Chuck Wepner. Inconnu du grand public, Wepner déjoue tous les pronostics en tenant tête au champion du monde jusqu’au quinzième round. Les grandes lignes de Rocky venaient de germer dans l’esprit de Stallone. Quelques mois plus tard, Irwin Winkler et Robert Chartoff lui donnent leur aval pour rédiger un scénario. Un cahier à spirale, un stylo et trois jours et demi de travail acharnés lui suffisent pour écrire un premier jet. Avec un million de dollars, pour seulement 28 jours de tournage, Rocky est une réussite absolue. En 1977, le film laisse son empreinte dans l’histoire du cinéma en remportant l’Oscar du meilleur film, l’Oscar du meilleur réalisateur avec John G. Avildsen, et enfin l’Oscar du meilleur montage. 

« Take you back » corner

« Gonna fly now » n’est pas la seule chanson emblématique de Rocky. Les airs de funk et de soul de « Take you back » font de ce titre un tube inoubliable, interprété a capella par Frank Stallone, petit frère du roi des films d’action. Le pan de mur au croisement de Kensington Avenue et de Tusculum Street à Philadelphie où a été filmée la scène est toujours debout malgré les années. 

L’appartement de Rocky

Quelques mètres en contrebas, c’est au tour de l’appartement de Rocky de se dévoiler, au 1818 Tusculum Street de Philadelphie. Cependant, seules les scènes extérieures furent tournées ici. En effet, Rocky et Adrian se sont échangé leur premier baiser à Los Angeles, dans un appartement encore non localisé à ce jour. Quoiqu’il en soit, c’est bien dans cette rue qu’ont été filmées toutes les scènes extérieures en rapport avec l’appartement du personnage. Si la façade a été rénovée pour être la plus ressemblante possible à celle aperçue dans le film, on ne peut pas en dire autant de la maison de Paulie et Adrian. 

La maison de Paulie et Adrian

Même en se rendant au 2822 Rosehill Street de Philadelphie, la demeure est difficilement reconnaissable en raison de gros travaux de la part des propriétaires. Si l’on se souvient de l’invitation de Sylvester Stallone à Talia Shire (Adrian) pour sortir le soir de Thanksgiving, plusieurs versions s’opposent quant aux scènes d’intérieur. Ainsi, personne ne sait vraiment si les tournages se sont déroulés à Philadelphie ou dans un appartement de Los Angeles comme la production en avait l’habitude.

La patinoire Ice Capades Chalet

Le rendez-vous à la patinoire est lui aussi un moment mémorable de la saga toute entière. Là encore, beaucoup seront déçus d’apprendre que la patinoire Ice Capades Chalet est située au 500 Broadway à Santa Monica en Californie, et non à « Philly ». Si le bâtiment reste ouvert au public, il n’a plus rien à voir avec la patinoire pour laquelle les fans se sont pris d’affection. Le Chalet a en effet fermé ses portes en 1985 avant d’être transformé en un magasin de la marque Fred Segal. Visiblement attaché à l’histoire du lieu, les gérants ont conservé l’entrée et la rampe menant sur la glace. Bien que rénové, l’intérieur du bâtiment est reconnaissable entre mille.

Le J&M Tropical Fish

La patinoire n’est pas la seule à avoir fermé ses portes depuis la fin de la saga. Le J&M Tropical Fish où travaillait Adrian avant de rencontrer Rocky était une véritable animalerie encore en activité jusqu’en 2006, située au 2146 N. Front Street de Philadelphie. La crise aura toutefois eu raison de cette petite échoppe, comme beaucoup d’autres commerces du quartier. Aujourd’hui à l’abandon et barricadé, il est impossible d’y pénétrer. Le triste tableau qu’offre aujourd’hui le J&M Pet Shop (de son vrai nom) ne rend malheureusement pas justice à ce lieu si important de la saga. Attention, le quartier est réputé pour être particulièrement dangereux. Les habitants s’amusent à dire que même Rocky aurait pu s’y faire agresser. 

Le Mighty Mick’s Boxing Gym

Cette bonne vieille salle d’entrainement si chère à Rocky et son coach Mickey est toujours debout. Si les briques rouges permettent instantanément de reconnaitre la façade, le lieu a quelque peu changé depuis 1975. Au début des années 2000, le Mighty Mick’s boxing gym a laissé place à une supérette  Dollar Plus. Inutile de chercher, le panneau accroché au-dessus de la porte d’entrée a été retiré il y a bien longtemps. Et pour cause, l’accessoire n’y était fixé qu’en période de tournage.

Et encore une fois, ce n’est pas à Philadelphie que les scènes d’entrainement ont été filmées, mais dans le Main Street Gym de Los Angeles, aujourd’hui démoli. 

Le marché Italien (Italian Market)

Incontestablement, le film change de dimension quand Sylvester Stallone effectue son premier entrainement en vue de combattre Carl Weathers, interprète d’Apollo Creed. Le challenger prend son destin en main et compte bien prouver à l’Amérique toute entière qu’il existe. Le moment le plus chargé d’émotion reste sans doute la course de « l’Étalon Italien » à travers Philadelphie-Sud, sublimée à nouveau par « Gonna fly now ». Ce jogging a d’ailleurs été réalisé en toute illégalité puisque l’équipe de tournage n’avait aucune autorisation pour filmer. Lors de cette course, Sylvester Stallone n’était encore qu’un acteur de seconde zone. Ainsi, aucun cri de fan n’est venu troubler l’authenticité de la scène. De plus, le lancer d’orange de la part d’un maraicher de l’Italian Market s’est fait spontanément, sans que rien ne soit préparé. L’homme n’était pas au courant qu’un film était en train d’être tourné sous ses yeux, mais dans un geste amical a simplement lancé un fruit à un jogger en tenue grise. Cette anecdote a marqué l’histoire de la saga et fait du premier film, un chef d’œuvre du 7e art.  Dans le spin-off « Creed », c’est au tour du fils d’Adonis Jordan, fils d’Apollo Creed, et protégé de Rocky, de s’illustrer lors d’une magnifique course dans l’artère principale de l’Italian Market. Un passage de témoin entre le maitre et l’élève. Le marché se tient du mardi au dimanche au 919 S 9th Street de Philadelphie.

Le musée d’art de Philadelphie

Le lieu incontournable de la saga reste sans aucun doute le Philadelphia Museum of Art et ses 72 marches. Egalement appelé Rocky’s step (les marches de Rocky), cet édifice est mythique, mentionné comme l’un des endroits de films les plus populaires de tous les temps. Chaque année, des millions de touristes viennent des quatre coins du monde pour gravir ses marches les unes après les autres et lever les bras, une fois au sommet, en hommage à Rocky. Beaucoup d’entre eux, tout comme le personnage éponyme, ne sont même pas au courant que le musée renferme de magnifiques œuvres d’art.

Le Spectrum Arena

Mais évoquer Rocky sans évoquer le légendaire Spectrum Arena de Philadelphie n’aurait aucun sens. Car le Spectrum fut à Philadelphie ce que le Madison Square Garden est à New York. Malheureusement, la célèbre arène du 3601 South Broad Street n’est plus, démolie en 2011. C’est d’ailleurs à ce moment-là que la statue en bronze de Rocky a été déplacée à quelques mètres du musée de Philadelphie. Comme la majorité des scènes d’intérieur, c’est à Los Angeles que le combat final pour le titre a été tourné, plus précisément dans le centre de L.A, au Grand Olympic Auditorium. Et comme beaucoup d’endroits liés à la saga, cet auditorium a lui aussi été détruit.

Suivez-nous !

Partagez cette page sur